Archive pour juin 2010

Une histoire de famille

Vendredi 14 mai au matin, lycée Voillaume, Aulnay-sous-Bois.

Au bout de l'allée, dans la salle de conférences, il règne une drôle d'ambiance. Quelques élèves s'interpellent, fébriles. Le bruit des chaises que l'on pousse, pour "faire de la place". L'un pique un sprint dans la cour, les autres angoissent. Le lecteur DVD fait des siennes.

Marie-Laure Basuyaux, enseignante de français, accueille les premiers spectateurs. Elle regroupe les élèves de 2nde 9 et leur donne les dernières indications. Un travail de toute une année va être présenté. Un projet qui a mobilisé lycéens et enseignants (de français donc mais aussi d'ECJS avec Caroline Abiven, de sciences économiques et sociales avec Frédéric Cohen et de mathématiques avec Alain Brunel) pour mener une réflexion autour de la famille - dans son acception littéraire, sociale et intime.

Une thématique qui recoupe de nombreuses oeuvres théâtrales classiques et contemporaines étudiées par la classe, du Cid de Corneille au récent Papa doit manger de Marie Ndiaye. Du texte à la scène, nos apprentis comédiens ont pu assister à quatre spectacles compris dans la programmation du Forum : Roi Lear 4/87 d'après Shakespeare et mis en scène par Antoine Caubet ; Pinocchio d'après Collodi, écrit et mis en scène par Joël Pommerat ; Nature morte dans un fossé de Fausto Paravidino présenté par le Collectif DRAO ; We are l'Europe de Jean-Charles Massera dans une mise en scène de Benoît Lambert.

Sous la houlette de la comédienne Maia Sandoz, les élèves se sont essayés à l'écriture dramatique, la pratique théâtrale et l'écriture critique. Autant de chemins de traverse empruntés pour appréhender les différentes formes de l'écriture et du jeu tout en mettant en question son rapport personnel et social à la famille. Lors de la restitution, les lycéens relatent les résultats des études statistiques qu'ils ont menées, rendent compte du déroulement du projet, reviennent sur les spectacles vus au long de l'année, s'enthousiasment sur les rencontres faites avec les équipes artistiques, se mettent en scène et jouent des extraits de pièces étudiées ou écrites par eux-mêmes et nous font partager cette expérience collective. Comme le fil rouge d'une année scolaire.

Avec leurs mots, les élèves de la 2nde 9 racontent en filigrane une histoire, celle de leur rapport au théâtre. Une découverte, en majorité. Bousculée par les préjugés des uns, les réticences des autres. Une petite révolution, sans grand bruit, mais qui se finalise par une sensibilisation au monde théâtral qui n'existait pas ou peu, dix mois auparavant.

A lire : les impressions sur la pièce Roi Lear 4/87 et les considérations sur le théâtre recueillies en début d'année

En images : les lycéens décryptent leur rapport au théâtre lors de la restitution

images Audrey Meyer

Magma hors du temps

Guy Degeorges, rédacteur du blog Un soir ou un autre, revient pour nous sur le concert de David Playe et du groupe Magma (compris dans la programmation Opus du CRD). Retrouvez également les impressions des spectateurs, certains venus de loin, sur cette soirée pour le moins fusionnelle.

Je ne regrette pas cette première partie de soirée au Forum de Blanc-Mesnil avec David Playe, qui installe en octet des paysages sonores lents, entêtants, saturés. Une synthèse, sans fausses notes ni incohérences, de jazz rock, de progressif, électronique, chants de dandys décadents, free jazz, fusion, métal... Ce qui situe très exactement la différence de nature entre ce projet et l'expérience que je vis ensuite: la musique de Magma en effet ne ressemble à rien d'autre qu’à elle-même.

Magma.jpg

J'attends ce moment depuis près de trente ans. Trop jeune pour avoir connu l'époque des grandes éruptions du milieu des 70's. Assez vieux pour un rendez vous manqué au début des années 80, lorsque que le groupe se recherchait lui-même en des territoires esthétiques où je ne le suivais plus.... Mais survivaient les éclats discographiques. Dont la fureur, la révolte et l’audace m'avaient laissé incrédule, bouleversé. Surtout cette absence de recherche de connivence avec l'auditeur, cette immédiateté dans l’impact émotionnel, en même temps cette radicalité qui contre toute attente transcendait la naïveté. Je réécoutais inlassablement ces cris incroyables, pour en comprendre les énigmes, et savoir à quel degré accepter cette mythologie. En vain, sur de fausses pistes. Je comprenais enfin que c’était cette sidération, indépassable, qui était elle-même source de jouissance. Depuis le volcan s'était endormi. Il s’est réveillé il y a 10 ans.

Les musiciens ne sont plus les mêmes et Christian Vander- pour ceux qui l'ignoreraient: le créateur, leader, compositeur, batteur et chanteur de Magma- ressemble à un homme de son âge, et tout cela n'a aucune d'importance. Il ne s’agit ici pas de nostalgie, de revival. Cette musique existe au-delà du temps. Hors des modes et contingences. Colère et beauté toujours présentes. Mais le temps a fait sans doute qu’en l’espèce tout s'est épuré, qui ne serait pas musique, vers des aperçus d'absolu. Plus besoin de costumes extravagants- juste le sigle et de sobres et sombres vêtements. Pour toute mise en scène, la violence des lumières. Renoncée les tentations de "traduire" les paroles des chants en Kobaïen, de comprendre au delà de l'émotion. Finis les discours, et les provocations. Le mythe est installé, juste dissipés ses aspects les plus puérils, il reste l'ambition et le projet. Rien que la musique donc, mais dont les enregistrements ne peuvent jamais restituer qu'un écho. Il faut vivre l'expérience du déferlement de cette musique au moment même où elle se crée, où elle se manifeste. Voir alors les musiciens emportés dans un même mouvement, comme s'ils ne formaient qu'un seul corps traversé par quelque chose de plus important qu'eux. Ni soli, ni compromis, ni enjolivement. Hors de propos ici de mettre en valeur quelque individualité, les prouesses de tel ou tel instrumentiste, le leader y compris. No jazz. La virtuosité ici se fait humble. Les formules rythmiques sont proprement ahurissantes, mais cet exploit est collectif.

(suite…)

On a tous faim de saison !

Du 16 au 26 juin, le Forum ouvre grand ses portes aux pratiques amateurs menées tout au long de la saison. Dans le cadre du festival Faim de saison, une vingtaine de propositions artistiques, fruits de collaborations entre praticiens amateurs et intervenants professionnels, vont se succéder pendant dix jours.

Expositions, spectacles, performances et concerts mettront à l'honneur les ateliers mis en place en milieu scolaire et socio-culturel avec, notamment, les artistes en résidence au Forum.

>> Télécharger le programme du festival <<

Lire l'article dans le journal de Blanc-Mesnil du 11 juin 2010.

Ça tourne !

"Silence… Ça tourne… Action !". C’est au rythme de ces quelques mots qu’ont vécu onze jeunes blanc-mesnilois, plusieurs jours durant. Lycéens ou collégiens, ils ont confié leurs talents d’apprentis comédiens à la caméra de Victor Gauthier-Martin, metteur en scène de la compagnie microsystème, en résidence au Forum.

En février dernier, ils sont une dizaine à avoir répondu à l’avis de recherche lancé par la compagnie microsystème. Le projet s’est ouvert par un atelier d’écriture encadré par Youness Anzane et Clémence Barbier : crayons à la main, les jeunes gens ont chatouillé le papier dans une ambiance studieuse, imaginant ce que seront les futurs dialogues du scénario.
S’en est suivie une longue période de répétitions avec Victor : apprentissage des textes, conseils d’interprétation, discussions sur les personnages, les costumes, la mise en scène. Quelques séances plus tard, leurs dialogues en tête et leurs costumes sur le dos, nos jeunes comédiens étaient fins prêts. Le mois de mai approchant, il était temps de sortir le grand jeu.
Des bureaux de la médiathèque au toit du Forum, de la Place de la Libération à la piscine Henri Wallon, ils ont sillonné les environs du Forum devant la caméra de Victor et de Thomas Faverjon, le chef opérateur. Volontaires et souriants, ils se sont pliés sans trop broncher aux maitres mots d’un tournage : recommencement, patience, concentration. Même Esra perchée sur des talons de quinze centimètres ; Claudio-Yves en chemisette sous la pluie, debout sur les hauteurs du Forum ; ou Maryame les bras tendus, la perche du son dans les mains, ont gardé leur bonne humeur. Et il  régnait même un parfum de nostalgie lorsque Victor a entonné le dernier « coupé ».
Heureusement, tous se retrouveront au Forum le 24 juin prochain dans le cadre du festival Faim de Saison : c’est sur grand écran que les apprentis comédiens et d’autres spectateurs découvriront le résultat d’un projet de film de plusieurs mois.

Jeudi 24 juin à 20h au Forum (salle Barbara)
Entrée Libre
Projection du film La Larme réalisé par Victor Gauthier-Martin de la compagnie microsystème et onze jeunes blanc-mesnilois.

Culture en danger : la mobilisation continue

À l'initiative du Comité Régional d'Action pour la Culture et la Connaissance en Ile de France, une journée de rencontres et de débats est organisée le vendredi 11 juin à la Maison des Métallos (Paris 11e).

Rendez-vous à partir de 10h pour discuter de la politique culturelle du gouvernement, de la réforme des collectivités territoriales et des propositions d'actions pour la suite du mouvement de défense de l'art et la culture.

Lire l'appel du CRACC

Dialogue sous les abeilles

Le mardi 8 juin à 19h, venez assister à un "Dialogue sous les abeilles" entre Olivier Darné, fondateur du Parti Poétique et de la Banque du miel, et Bernard Vasseur, philosophe et animateur des Initiations à la lecture des grands textes de la philosophie et des ateliers du Forum.

Ce sera l'occasion, pour les sociétaires de la Banque du miel et les curieux, d'échanger autour des actions et préoccupations du Parti Poétique :

  • du Miel Béton à la Banque du Miel, histoires et géographies de la pollinisation de la ville

  • complexité et richesse du terroir urbain entre Blanc-Mesnil, Saint-Denis et Genève

La rencontre sera suivie d'un apéro-miel.

Entrée libre sur réservation au 01 48 14 22 00 ou 01 48 14 22 24 -  e.lecalvez@leforumbm.fr

Impressions immédiates

En mots ou en images, les réactions ont été nombreuses sur notre livre d'or au sujet du spectacle We are l'Europe de Benoît Lambert !

Extraits

"très beau moment de théâtre, un moment de vie, un temps de réflexion"

"merci pour ce spectacle qui réveille les consciences"

"Ca ne va pas m’aider à dormir tout ça !!!"

Retrouvez tous les commentaires ici et ceux du spectacle Les enfants perdus par .